ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris

0037-8984
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2010 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 27/3-4 - 2015  - pp.110-134  - doi:10.1007/s13219-015-0127-4
TITRE
Le statut phylogénétique d’Homo heidelbergensis – étude cladistique des homininés du Pléistocène moyen

TITLE
The phylogenetic status of Homo heidelbergensis – a cladistic study of Middle Pleistocene hominins

RÉSUMÉ

Le rôle d’Homo heidelbergensis dans l’évolution humaine au Pléistocène moyen est interprété à la lumière de deux hypothèses principales. H. heidelbergensis sensu stricto fait référence à une chrono-espèce européenne d’Homo neanderthalensis alors que H. heidelbergensis sensu lato est considérée comme l’espèce afro-européenne ancestrale aux hommes modernes et aux Néandertaliens.

Dans cette étude, nous testons la validité phylogénétique d’H. heidelbergensis à l’aide d’une analyse cladistique basée sur des caractères morphologiques crâniens de fossiles du Pléistocène. Nous réalisons une analyse de premier ordre (‘low-level’) pour quantifier le contenu d’information des caractères morphologiques ; puis une analyse de deuxième ordre (‘high-level’), avec des caractères pondérés, permettant l’obtention d’un unique cladogramme le plus parcimonieux et finalement une analyse bootstrap afin d’évaluer la robustesse de ce cladogramme.

Nos résultats montrent que (i) l’identification d’une espèce cohésive H. heidelbergensis s.l. n’est pas bien étayée et est donc équivoque ; (ii) le dernier ancêtre commun hypothétique à H. sapiens et H. neanderthalensis a plus d’affinité avec les fossiles africains qu’européens ; (iii) deux fossiles du Pléistocène moyen (Atapuerca SH5 et Steinheim) devraient être classé en tant qu’H. neanderthalensis.



ABSTRACT

Two views prevail concerning the significance of H. heidelbergensis in Middle Pleistocene human evolution. H. heidelbergensis sensu stricto refers to a European chrono-species of H. neanderthalensis while H. heidelbergensis sensu lato is considered to be an Afro-European species ancestral to modern humans and Neandertals.

Here, we test the phylogenetic validity of H. heidelbergensis using a cladistic analysis based on cranial morphological data of Pleistocene fossils. We perform a low-level analysis to ascertain the information content of the morphological features, a high-level analysis with reweighted characters resulting in a single most parsimonious cladogram and a bootstrap analysis to assess the robustness of this cladogram.

Our results show that (i) the identification of a coherent H. heidelbergensis s.l. species is not well supported and is equivocal; (ii) the hypothetical last common ancestor of H. sapiens and H. neanderthalensis has more affinities with African specimens than European; (iii) two Middle Pleistocene European fossils (Atapuerca SH5 and Steinheim) should be classified as H. neanderthalensis.



AUTEUR(S)
A. MOUNIER, M. CAPARROS

Reçu le 17 mars 2015.    Accepté le 2 mai 2015.

MOTS-CLÉS
Homo heidelbergensis, Cladistique, Dernier ancêtre commun des Hommes modernes et des Néandertaliens, Sima de los Huesos

KEYWORDS
Homo heidelbergensis, Cladistics, Last common ancestor of modern humans and Neandertals, Sima de los Huesos

BIBLIOGRAPHIE
archives.bmsap.revuesonline.com/revues/50/10.1007/s13219-015-0127-4.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Anglais

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (2,79 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier