ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris

0037-8984
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2010 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 27/3-4 - 2015  - pp.189-201  - doi:10.1007/s13219-015-0134-5
TITRE
Le premier peuplement des Amériques : application de la morphométrie géométrique 3D à la variation crânienne actuelle et fossile

TITLE
The first peopling of the Americas: cranial variation of fossil and modern humans assessed by 3D geometric morphometrics

RÉSUMÉ

L’origine et la dispersion des Hommes modernes dans le Nouveau Monde demeurent des sujets de controverse. La variation crânienne observée parmi les fossiles paléoaméricains et populations amérindiennes a souvent été interprétée comme (i) témoignant de la présence de deux vagues de migrations distinctes ou (ii) étant relativement continue et issue d’une vague majeure de migration suivie d’une diversification locale et/ou de flux géniques récurrents. Le présent travail repose sur les méthodes de morphométrie géométrique 3D et sur les concepts de génétique des populations appliqués sur un large échantillon composé de 89 fossiles et de 889 spécimens modernes provenant des Amériques, d’Asie, d’Australo-Mélanésie et d’îles du Pacifique. Nos résultats démontrent une variabilité morphologique très importante à la fois dans le temps et dans l’espace. Ils mettent en évidence que la majorité de la variance observée peut s’expliquer selon des facteurs régionaux plutôt que selon des facteurs chronologiques et/ou environnementaux. Nos données morphométriques favorisent un modèle comprenant une vague de migration majeure suivie de processus microévolutifs locaux, notamment en Basse-Californie. Nos résultats peuvent aussi soutenir la présence de flux récurrents dans les zones subarctiques ainsi qu’une arrivée plus tardive dans l’Extrême Nord du continent, mais ils confirment également l’impact majeur d’une adaptation au froid pour les populations de cette région.



ABSTRACT

The origins and dispersal of modern humans in the New World are still controversial. Cranial variations observed among Palaeoamerican fossils and Amerindian populations have been interpreted as either supporting (i) two waves of migration, (ii) a single wave followed by local diversification and/or recurrent gene flow. This study applies 3D geometric morphometrics and a population genetics framework to a large sample consisting of 89 fossils and 889 modern human specimens from the Americas, Asia, Australo-Melanesia and Pacific islands. Our results demonstrate significant cranial variability both in time and space, and they show that most of this variance can be explained by regional rather than chronological or environmental factors. Our morphometric data best fit a single major wave scenario, followed by local micro-evolutionary processes, most notably in Baja California. Our results can also be considered to support recurrent gene flow in subarctic regions, as well as a late arrival in the extreme northern part of the continent, but they also confirm that adaptation to a cold climate had a major impact on the populations of this region.



AUTEUR(S)
M. GALLAND

Reçu le 13 avril 2015.    Accepté le 24 juin 2015.

MOTS-CLÉS
Conformation crânienne, Amérindiens, Migrations, Différentiation locale, Adaptation au froid, Flux géniques récurrents

KEYWORDS
Skull shape, Amerindians, Migrations, Local differentiation, Cold adaptation, Recurrent gene flow

BIBLIOGRAPHIE
archives.bmsap.revuesonline.com/revues/50/10.1007/s13219-015-0134-5.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (2,85 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier