ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris

0037-8984
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2010 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 22/1-2 - 2010  - pp.24-37  - doi:10.1007/s13219-010-0005-z
TITRE
Torii Ryûzô: terrains et discours d’un anthropologue et archéologue japonais du début du xx e siècle

TITLE
« Torii Ryûzô: Fieldworks and Discourses of a Japanese Anthropologist and Archæologist of the early 20th century »

RÉSUMÉ

Figure centrale de l’anthropologie japonaise du premier quart du xx e siècle, Torii Ryûzô (1870–1953), de l’Université impériale de Tôkyô, joua un rôle central dans la consolidation de ce champ du savoir au Japon à l’époque des empires coloniaux. Son travail, caractérisé par une pluralité d’approches — les études européennes, l’approche synthétique au fondement de la Société d’anthropologie de Tôkyô, le corpus ethnographique japonais « classique », ou encore les textes historiques chinois et coréens—, le conduisit à mener une anthropologie qui associa ethnologie, linguistique, étude des mythes et religions, fouilles archéologiques et anthropologie physique, dans un effort de compréhension des relations entre le Japon et les pays ou régions limitrophes. Le présent article tentera de montrer quelques principaux aspects de son travail entre la fin du xix e et le premier tiers du xx e siècles, tout d’abord concernant ses terrains en Asie orientale, depuis Taiwan en 1895, puis ses missions dans le Nord-Est asiatique (Corée, Mandchourie, Sibérie). Ensuite, à propos de sa participation aux débats paléoanthropologiques majeurs de l’époque, de ses liens avec la France et de son retour vers l’étude du folklore et des terroirs japonais tandis qu’il s’éloignait de l’anthropologie physique.



ABSTRACT

Torii Ryûzô (1870–1953), of the Imperial University of Tokyo, a central figure of the Japanese Anthropology of the first quarter of the 20th century, had a major role in the reinforcement of this field of knowledge in Japan during the colonial empire era. His work was characterised by multiple approaches (European studies, with the synthetic approach which was the basis of the Tokyo Anthropological Society, the “classical” Japanese ethnographic text, or the Korean and Chinese historical texts). This led him to practice an Anthropology which brought together ethnology, linguistics, the study of mythology and religions, archæological excavations and physical anthropology in an attempt to understand the relations between Japan and the surrounding areas or countries. This article will attempt to show some of the main aspects of his work, between the end of the 19th and the first third of the 20th centuries, with regard to his fieldwork in East Asia after Taiwan in 1895, and his surveys in North-eastern Asia (Korea, Manchuria, Siberia). It will also examine his participation to two major palæoanthropological debates of his time, his relationship with France, and finally his return to folklore studies and Japanese local history as he moved away from physical anthropology.



AUTEUR(S)
A. NANTA

Reçu le 21 mai 2009.    Accepté le 8 octobre 2009.

MOTS-CLÉS
Corée, Torii, Anthropologie, Archéologie, Colonisation

KEYWORDS
Japan, Korea, Torii, Anthropology, Archæology, Colonization

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (214 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier