ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris

0037-8984
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2010 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 22/3-4 - 2010  - pp.172-184  - doi:10.1007/s13219-010-0018-7
TITRE
Morphométrie géométrique et classification phylogénétique, application à la question de l’origine d’Homo sapiens en Asie

TITLE
Use of geometric morphometric data for a phylogenetic classification, application to the origin of Homo sapiens in Asia

RÉSUMÉ

Ce travail porte sur la continuité ou la rupture des fossiles, datant du dernier million d’années, retrouvés en Asie du Sud-Est. Les méthodes de morphométrie géométrique ont été appliquées aux crânes de 18 spécimens fossiles asiatiques datés de 6 000 à 1 150 000 ans. Les coordonnées de points repères ont été analysées avec la méthode GPA (generalized procrustes analysis). Des analyses de classification (UPGMA et NJ) et une analyse en composantes principales ont été utilisées afin d’identifier d’éventuels sous-groupes dans cet échantillon. Les distances de Mahalanobis entre ces sous-groupes ont été calculées.Deuxméthodes d’analyse phylogénétique ont été appliquées aux variables quantitatives: la méthode du maximum de vraisemblance et une analyse cladistique. Un échantillon de chimpanzés et de gorilles constituent les extragroupes. Les méthodes de classifications ont identifié deux groupes au sein de l’échantillon des fossiles: un groupe d’affinité Homo erectus et un autre d’affinité Homo sapiens. Les analyses phylogénétiques réalisées identifient le groupe Homo erectus comme étant monophylétique. En revanche, les individus du groupe fossile d’affinité Homo sapiens se retrouvent dispersés avec les hommes actuels. On peut donc en conclure que les fossiles étudiés appartiennent à deux taxons différents. Le premier (Homo sapiens fossiles) peut être considéré comme appartenant au même taxon que celui des hommes actuels. Le second appartient à un taxon différent.



ABSTRACT

The objective of this study was to find out whether or not there is a morphological gap between the fossils living in the last million years discovered in Asia. The geometric morphometric methods were applied to the skulls of 18 specimen Asian fossils dated 6,000 to 1,150,000 years. Landmarks were analyzed by Generalized Procrustes Analysis. Principal component analysis (PCA) and hierarchical classification methods (UPGMA and NJ) were applied to those samples in order to identify homogenous subgroups. The Mahalanobis distances between those subgroups have been calculated. Two phylogenetic analyses have been applied to the quantitative characters: the maximum likelihood approach and a cladistic analysis. A sample of gorilla and chimpanzees was used as the out-group. Classification and PCA analysis identified 2 subgroups in the fossil group: one with an Homo sapiens affinity and the other with an Homo erectus affinity. Both phylogenetic analyses identified Homo erectus as a monophyletic subgroup, but the fossil subgroup with an Homo sapiens affinity are scattered among the extant Homo sapiens. We finally concluded that the fossils belong to 2 different taxa. The first (fossil Homo sapiens) belong to the same taxon than extant Homo sapiens, and the second is attributed to Homo erectus.



AUTEUR(S)
S. BOUEE, F. DETROIT

Reçu le 26 juin 2009.    Accepté le 21 avril 2010.

MOTS-CLÉS
Asie, Homo erectus , Morphométrie géométrique, Phylogénie, Méthode phénétique, Cladistique

KEYWORDS
Asia, Homo erectus , Geometric morphometric, Phylogeny, Phenetic, Cladistic

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (584 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier