ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris

0037-8984
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2010 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 23/1-2 - 2011  - pp.19-26  - doi:10.1007/s13219-010-0023-x
TITRE
Détermination biométrique du sexe dans une population française à partir de mesures de la région basale de l’os occipital

TITLE
Metric sex determination from the basal region of the occipital bone in a documented french sample

RÉSUMÉ

La détermination du sexe à partir de vestiges du squelette revêt une importance fondamentale pour les recherches médicolégales et bioarchéologiques. Dans cette étude, les différences sexuelles dans la morphologie de la région basale de l’os occipital ont été mesurées dans une collection d’échantillons français à l’aide de méthodes classiques d’ostéométrie. Nos résultats démontrent qu’un niveau faible de dimorphisme sexuel est observé dans les os de la base du crâne dans la mesure où un faible nombre des variables mesurées présentent des différences significatives entre mâles et femelles. La précision d’une fonction de discrimination du sexe a été mesurée par une méthode de validation croisée sur la population d’origine et est notoirement plus faible que celle documentée dans d’autres populations. La précision maximale obtenue avec une méthode de sélection progressive est de 67,7 % pour une fonction de discrimination basée sur la longueur maximale du condyle occipital gauche et la distance minimale entre les condyles occipitaux. La meilleure fonction de discrimination univariée, basée sur la largeur de l’articulation bicondylaire, atteint une précision légèrement plus faible de 67,6 % mais avec un biais sexuel plus fort. En conclusion, les analyses biométriques des dimensions des os de la base du crâne ne permettent pas de déterminer le sexe avec précision dans cette population.



ABSTRACT

The determination of sex from human skeletal remains is of fundamental importance in both medicolegal and bioarchaeological investigations. In the present study, the basal region of the occipital bone in a documented French collection was analyzed for sex differences using standard osteometric techniques. The results demonstrated that a low level of sexual dimorphism is present in the cranial base of this sample, with few of the measured variables exhibiting statistically significant differences between the sexes. The cross-validated classification accuracies obtained in this study for the derived discriminant functions are appreciably lower than those previously reported for other disparate populations. A stepwise procedure, which selected maximum length of the left occipital condyle and minimum distance between occipital condyles (MnD), produced the best overall result with a classification accuracy rate of only 67.7%. The most effective single dimension, bicondylar breadth (BCB), also correctly classified 67.6% of the individuals examined, but with a much higher sex bias. Osteometric analysis of cranial base dimensions, therefore, cannot be regarded as a sufficiently reliable method for determining sex in this population group.



AUTEUR(S)
P.J. MACALUSO

Reçu le 5 novembre 2009.    Accepté le 4 mai 2010.

MOTS-CLÉS
Dimorphisme sexuel, Foramen magnum, Condyles occipitaux, Fonction discriminante

KEYWORDS
Sex dimorphism, Foramen magnum, Occipital condyles, Discriminant function analysis

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (248 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier