ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris

0037-8984
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2010 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 24/1-2 - 2012  - pp.25-36  - doi:10.1007/s13219-011-0049-8
TITRE
Approche méthodologique pour distinguer un ensemble lésionnel fiable de la pratique cavalière. Exemple du squelette de la tombe 11 du site de « La Tuilerie » à Saint-Dizier (Haute-Marne), vi e siècle

TITLE
Methodological considerations in the identification of specific osteological markers of horse riding. The example of the skeleton from burial 11, “La Tuilerie”, Saint-Dizier (Haute-Marne), 6th century AD

RÉSUMÉ

En archéologie, la pratique cavalière est abordée à partir de sources iconographiques ou écrites, de vestiges matériels (mors, éperons et étriers), d’ossements de chevaux et, parfois, de vestiges humains. En anthropologie biologique, plusieurs marqueurs osseux de cette pratique (parfois regroupés sous l’intitulé « syndrome du cavalier ») ont été reconnus. Toutefois, l’analyse des marqueurs osseux d’activité (MOA) nécessite le respect de règles méthodologiques strictes qui n’ont pas toujours été suivies dans les études antérieures de la pratique cavalière. L’étude du squelette du jeune sujet [20-39 ans] du site de « La Tuilerie » à Saint-Dizier (Haute-Marne), probablement un guerrier de haut rang de l’époque mérovingienne, ouvre de nouvelles pistes de recherche pour distinguer un ensemble fiable des modifications associées à cette pratique. Ce jeune individu présente des lésions et une adaptation osseuse structurelle, l’ovalisation de l’acetabulum, probablement liées à la pratique équestre. Cette étude confirme l’intérêt de mettre en place un protocole d’étude stricte associant l’utilisation conjointe des données archéologiques, anthropologiques et médicales pour distinguer des critères spécifiques de reconnaissance de la pratique cavalière.



ABSTRACT

In archaeology, horseback riding in past societies is investigated through iconographic and textual sources, artefacts (bits, spurs and stirrups), horse skeletons and sometimes human remains. Biological anthropologists have identified a number of bone changes associated with riding (sometimes collectively referred to as in “horse riding syndrome”), but these studies have not always taken the limitations and pitfalls of osteological markers into account in their analyses. The study of the young adult from the “La Tuilerie” site at Saint-Dizier (Haute-Marne), probably a high ranking warrior from the Frankish period, has opened up new avenues for studies aiming to identify a set of bone changes that can reliably be associated with horseback riding. This individual presents pathological conditions and structural adaptations (elongated acetabula) that are probably related to riding. Our study confirms the need to establish a strict study protocol for the combined use of archaeological, anthropological and medical data to distinguish specific osteological markers of horseback riding.



AUTEUR(S)
C. BAILLIF-DUCROS, M.-C. TRUC, C. PARESYS, S. VILLOTTE

Reçu le 4 octobre 2010.    Accepté le 14 septembre 2011.

MOTS-CLÉS
Syndrome du cavalier, Acetabulum, Marqueurs osseux d’activité, Âge au décès, Saint-Dizier, Époque franque

KEYWORDS
Horse riding syndrome, Acetabulum, Occupational stress markers, Age-at-death, Saint-Dizier, Frankish period

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (530 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier