ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris

0037-8984
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2010 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 24/3-4 - 2012  - pp.199-203  - doi:10.1007/s13219-012-0067-1
TITRE
Les primates quaternaires de Song Terus (Java Est, Indonésie) : implications paléobiogéographiques et archéozoologiques pour l’Asie du Sud-Est

TITLE
The Quaternary primates of Song Terus (Eastern Java, Indonesia): paleobiogeographical and archeozoological implications for South-East Asia

RÉSUMÉ

Les ossements de primates non humains représentent 70 % des restes de mammifères mis au jour dans les sites archéologiques de la région Punung, datés du début de l’Holocène. Des faces complètes sont par ailleurs retrouvées parmi les sépultures d’Homo sapiens prénéolithiques, comme l’a noté van Heekeren. Cette thèse cherche à comprendre les relations Homme/primates non humaines à partir des restes de singes découverts en contexte stratigraphique dans le site de Song Terus, Gunung Sewu, Java Est. Une attention particulière est portée à l’espèce Trachypithecus auratus qui représente 96 % des restes de primates du site. Celle-ci est décrite en comparaison avec les autres espèces javanaises actuelles, y compris Macaca et Presbytis. La spéciation des primates d’Asie du Sud-Est insulaire suggère des connexions forestières continues entre les îles de la Sonde durant le Pléistocène, remettant ainsi en question l’existence d’un corridor de savane lors des phases glaciaires (ce qui aurait empêché les migrations des primates entre les îles). En parallèle d’une approche archéozoologique, une étude des micro-usures dentaires suggère que certains singes étaient certainement commensaux aux hommes de Song Terus, principalement entre 9 000 et 5 000 ans.



ABSTRACT

Bones of non-human primates account for 70% of early Holocene mammal remains found in archaeological sites in the Punung region. Facial parts of monkeys have been found with pre-Neolithic human burials, as noted by van Heekeren. This thesis attempts to explain human/primate relationships froman analysis of the stratified remains of primates in the early Holocene layers in the caves of Song Terus, Gunung Sewu and East Java. Particular attention is given to the species Trachypithecus auratus, which accounts for 96% of the Song Terus primate bones. These are described morphologically and in relation to other genera and species of monkeys, including Macaca and Presbytis. Primate speciation patterns in the islands of South-East Asia suggest continuous connections between the Sunda Islands through forested terrain during the Pleistocene, making it unlikely that the region ever had a completely treeless savanna corridor during the glacial periods (which would have inhibited the movement of monkeys between islands). In parallel with a zooarchaeological approach, a study of tooth micro-wear suggests commensalism between certain monkeys and humans at Song Terus, especially in the period from 9000 to 5000 years ago.



AUTEUR(S)
T. INGICCO

MOTS-CLÉS
Song Terus, Trachypithecus auratus , Migrations, Holocène, Micro-usures dentaires, Commensalisme

KEYWORDS
Song Terus, Trachypithecus auratus , Migrations, Holocene, Dental micro-wear, Commensalism

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (371 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier