ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris

0037-8984
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2010 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 25/3-4 - 2013  - pp.169-189  - doi:10.1007/s13219-012-0074-2
TITRE
La diaphyse fémorale AL 333-61 : preuve d’une bipédie comme unique mode locomoteur il y a 3,2 Ma en Ethiopie ?

TITLE
AL 333-61 femoral diaphysis: evidence of obligate bipedalism 3.2 million years ago in Ethiopia?

RÉSUMÉ

Les précédentes descriptions de la diaphyse AL 333-61, mise au jour à Hadar (Ethiopie), attribuée à l’espèce Australopithecus afarensis et datée de 3,2 Ma, ont été particulièrement discrètes et peu instructives en termes biomécaniques notamment par l’absence d’étude des propriétés mécaniques internes de l’os. Les nouvelles analyses, exhaustives, mettent en avant une morphologie similaire aux Homo. AL 333-61 présente en particulier une vraie linea aspera et un indice pilastrique élevé en référence aux formes anciennes du genre Homo. De plus, les propriétés de section soulignent l’hypertrophie diaphysaire fémorale de AL 333-61, même si les données n’ont pu être mise à l’échelle qu’en fonction de la longueur sans prendre en compte la masse comme il est fait habituellement. AL 333-61 est singulier par sa ressemblance avec les Hommes du début du Pléistocène et du Pléistocène moyen pour certains caractères alors que, par d’autres, ils s’assimilent davantage aux Néandertaliens et aux Hommes modernes du Paléolithique moyen. Biomécaniquement, il montre le même niveau de charge habituel que celui observé au sein du genre Homo. Bien que la méconnaissance des proportions corporelles limite les inférences fonctionnelles, l’une des hypothèses retenue envisage l’existence d’une bipédie permanente chez AL 333-61 étant donné ses caractéristiques interne et externe et les liens qui les unissent au déplacement locomoteur. Toutefois, deux autres hypothèses sont envisageables. Des proportions corporelles particulières chez cet individu et/ou une activité inhabituelle pour ce type de population, pour des raisons environnementales, pourraient être la cause d’une morphologie de type Homo chez un individu initialement adapté à la bipédie et à l’arboricolisme. Cependant, en raison de l’absence d’autres études biomécaniques exhaustives sur les rares diaphyses du Pliocène, il n’est pas possible de privilégier l’une de ces trois hypothèses.



ABSTRACT

The Pliocene femoral diaphysis AL 333-61, from Hadar (Ethiopia), attributed to Australopithecus afarensis found in a stratigraphic level estimated to be 3.2 million years old, has only been briefly described in previous studies, with no consideration given to its biomechanical or cross-sectional properties. Our new and exhaustive analyses show an overall morphology similar to Homo. AL 333-61 has a real linea aspera and a high pilastric index compared to Early and Mid Pleistocene Homo. Moreover, hypertrophy is notable, even though the cross-sectional properties have been scaled to biomechanical length only, and not to biomechanical length and body mass as is usually done. AL 333-61 is singular because it is similar to Early and Mid Pleistocene hominins in some features but similar to Neanderthals and Middle Palaeolithic Modern Humans in others. Biomechanically, it shows the same typical levels of loading as those observed in Homo. Possibilities for interpreting the loading patterns are limited due to the lack of information about the body proportions of AL333-61, but its internal and external morphology suggests that it may have belonged to an individual that was an obligate biped. However, two other hypotheses can be put forward to explain this Homo-like morphology. particular body proportions and/or activities that are unusual, for environmental reasons, in this type of population could also account for the Homo-like body of an individual initially adapted to bipedalism and tree-dwelling. But none of these three hypotheses can be given more weight than the others due to the lack of exhaustive biomechanical studies of this rare Pliocene diaphysis.



AUTEUR(S)
T. CHEVALIER

Reçu le 14 mai 2012.    Accepté le 25 octobre 2012.

MOTS-CLÉS
Homininés, Biomécanique, Bipédie permanente, Pliocène/Pléistocène

KEYWORDS
Hominin, Biomechanics, Obligate bipedalism, Pliocene/Pleistocene

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (1,14 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier